Adresse
Téléphone
Les Pélicans Litois
LOGO PELICANS 2012

ANNE MARIE

ANNE MARIE
Pinasse de CAP de l’HOMY
 
Date de construction : 1948
 
          Bateau qui a succédé à « La Goélette Litoise » (1919 à 1948) dont les pilotes ont été l’arrière- grand-père et le grand-père de FRANK DARMAILLACQ ( actuel pilote).
          La nouvelle embarcation est construite à Gujan - Mestras aux chantiers maritimes LAPEYRE (1948).
Livrée à LIT en 1950 elle sera baptisée au CAP de l’Homy et portera désormais le nom d’Anne Marie, prénom de sa marraine Anne Marie DASSIE, le parrain étant Michel GOURGUES ancien président des Pélicans Litois.
          La pinasse Anne Marie, identique à la Goélette Litoise mesure 10,50m de long, 2,30m de large et jauge 3,05 tonneaux. Le bateau est sans quille pour permettre un accostage sur la plage lors des sorties de pêche.
 
 
LA PÊCHE
 
          Vingt-cinq personnes au moins sont nécessaires pour pouvoir pêcher dans de bonnes conditions.  Huit hommes sont à bord : 7 rameurs et un pilote. Un filet (tralhine) de 300m de long est aussi embarqué pour cerner et capturer les bancs de poissons qui s’approchent de la côte.
          Il s’agit alors de déployer le filet le plus rapidement possible en décrivant un arc de cercle au-delà des brisants. Deux équipes s’emparent alors des deux extrémités de la « tralhine » et la hâlent vers la plage.  Le poisson prisonnier dans la nappe est tiré sur le sable. Chargé dans des corbeilles, les captures sont acheminées  vers le bateau. En fin de pêche, le poisson est partagé entre tous les membres présents.  Si 25 pêcheurs sont présents, 26 tas de poissons seront constitués, le pilote bénéficiant d’une double part compte tenu de ses responsabilités. Le plus jeune de l’équipage passe alors auprès de chaque pêcheur qui lui remet un objet personnel : une « marque » (couteau, clé, briquet…) déposé dans un béret. Le précieux contenu est alors remis au pilote qui dépose devant chaque tas de poisson une « marque » personnelle qui attribue à chacun la part qui lui revient, sans favoritisme. Cette convention rituelle est toujours pratiquée aujourd’hui, tout comme l’appel à la pêche qui s’effectue à « la burne ». Le pilote passe systématiquement au village et dans les quartiers en soufflant dans son coquillage pour alerter les pêcheurs. Au nom de la tradition, l’appel, la pêche à la rame et le partage sont toujours respectés.
 
 
Anecdotes :
 
          1962 : A la fin d’une partie de pêche, l’« ancrey » oublie de fixer l’ancre dans le sable. Avec la marée montante, la pinasse poussée par un fort vent d’Est, part à la dérive. Impuissants, les pêcheurs voient leur bateau s’éloigner à l’horizon. On reste 21 jours sans nouvelles avant d’apprendre qu’au large de Cordouan un chalutier, « Le Pomone », récupère Anne Marie et l’achemine à La Rochelle. Dirigée sur Arcachon, les pêcheurs du Cap rachèteront pour la deuxième fois la vagabonde, car telle est la dure loi de la mer : une épave appartient à celui qui la trouve ! Finalement le bateau reviendra au CAP de l’Homy après un mois d’escapade.
          Le Parc : C’est la cabane en bois blottie à flanc de dune qui abrite le bateau. En 1970, celui-ci est encore installé à la descente principale de la plage. Avec l’afflux touristique, il devient gênant et sera déplacé et reconstruit deux cents mètres plus au sud. La tempête de 1976 qui jette à Lespecier deux cargos sur la plage, entame sérieusement la dune du Cap. Le parc est reculé de 20 m. Trois ans plus tard, en 1979, le parc est à nouveau menacé. Les portes sont en suspend au- dessus du vide. Le pied de dune est rongé sur environ 10m. On recule à nouveau la cabane. En 1990 nouvelle tempête qui attaque sérieusement le trait de côte : nouvelle reculade. Le parc est désormais au sommet de la dune, position qu’il occupe toujours aujourd’hui. C’est à notre connaissance, le dernier « parc » traditionnel en bord de plage de toute la côte aquitaine. LIT et MIXE avait compté 3 parcs abritant chacun une pinasse jusqu’en 1980 (Yons, PK45, Cap de l’Homy)
          Les prises : Quelques-unes sont mémorables. Citons 1961 : une pêche extraordinaire de maigres laisse sur la plage 500 Kg de poissons. Plus près de nous, 2014 : Plus d’une tonne de poissons en deux sorties consécutives au mois de septembre (muges) ; Le 16 août 2016, presque 300 kg de poisson en un coup de filet. Mais toutes les sorties ne sont pas couronnées de succès. Loin s’en faut.
 
 
Les PELICANS LITOIS.
 
           Cette association est née du rassemblement de trois équipages. A l’époque trois bateaux pêchaient sur le littoral litois. Au PK 45 : pilote Gérard Magnes dit Magnot – A Yons : Pilotes Alexandre et Popol DUPONT puis Toto Castillon et au CAP : pilotes Léon Darmaillac dit Léon du Port, son frère Denis Darmaillacq, puis Henri Ferrier. Ces trois équipages ont, au fil du temps, fusionné pour constituer, autour du dernier bateau en activité (la pinasse Anne Marie) l’ Association Les Pélicans Litois ».Aujourd’hui, forte de 210 adhérents, l’association a pour but «  de pratiquer, maintenir et transmettre la pratique de la pêche à la pinasse à rames au Cap de l’Homy ».